Les NFTs dans le futur : révolution technologique ou mirage économique ? 

Billet écrit par Catarina Fernandes, Reine Danielle Mfeungwang, Elias Michel

Un tournant numérique

Largement reconnus après le lancement du projet cryptokitties en 2017, les NFTs ont rencontré un succès grandissant dans les années qui suivirent, passant de 62,9 milliards de volumes échangés en 2019, contre 250,8 milliards en 2020.

L’accélération de l’hyperdigitalisation observée lors de la pandémie du COVID-19, joue vraisemblablement un rôle non négligeable dans cette augmentation exponentielle. En effet, pendant le confinement, plusieurs secteurs économiques ont été gravement impactés, et celui de la culture plus particulièrement. De nombreux artistes ont par conséquent été contraints de trouver une nouvelle manière d’exprimer et de diffuser leur art. C’est ainsi que la Blockchain et les NFTs ont connu une expansion fulgurante, gagnant rapidement en popularité et notamment parmi des figures publiques comme Elon Musk ou encore Kylian Mbappé,  ce qui a d’autant plus entraîné une médiatisation accrue de ces technologies.

Qu’en est-il de leur utilisation aujourd’hui ? Quels sont les enjeux actuels des NFTs et de la blockchain dans la monétisation des contenus pour les créateurs indépendants ? Pour le comprendre, reprenons les bases.

NFTs et blockchain : l’essentiel

Pour mieux comprendre, NFT veut dire « Non-Fungible Token », en français « jeton non-fongible » et la blockchain est sa technologie sous-jacente. On doit donc comprendre la blockchain avant tout pour ensuite aborder les NFTs.

Il faut premièrement qu’une transaction (d’argent comme le bitcoin, ou de données) ait lieu. Les informations de cette transaction sont sécurisées en utilisant des clés publiques et privées, puis envoyées à un réseau d’ordinateurs qui validera la transaction. Une fois cela fait, les informations sont regroupées en bloc, puis ce bloc est cryptographié pour assurer sa sécurité. Il est ensuite ajouté à une chaîne de blocs immuables, et cet ajout est communiqué à l’entièreté des nœuds du réseau, qui vérifient et mettent à jour leur copie de la blockchain. Ainsi, un bitcoin ne peut être dépensé deux fois, car la transaction est connue de tout le réseau.

« Fungible » signifie qu’un capital peut être interchangé, par exemple des billets de monnaie : on peut échanger un billet de 100 contre deux billets de 50. La valeur ne change pas non plus : cinq bitcoins auront toujours la même valeur que cinq autres bitcoins. « Non-fongible » veut donc dire que le capital n’est pas interchangeable et qu’il possède des propriétés uniques.

Le NFT est un type de capital qui peut faire l’objet d’une transaction sur la blockchain. Le fonctionnement est pareil au bitcoin, sauf que le NFT est un contenu digital unique : ça peut être un tweet, un parfum, une bouteille de whisky, des couleurs, un bâton pour chien ou encore des bagues de mariage. Cependant, c’est bien sûr la plupart du temps de l’art. Les NFTs reproduisent l’effet de rareté d’une œuvre d’art physique pour les images digitales. Cela permet notamment de mettre aux enchères le NFT, de tracer la propriété, ou de monter une collection, tout comme on pourrait faire avec les œuvres d’art du monde matériel. Aussi, l’artiste créateur de l’art reste propriétaire du droit d’auteur, mais le propriétaire du NFT possède la « preuve » de propriété et originalité du NFT.

Les impacts de ces technologies sont nombreux. Écologiquement, c’est un désastre : les NFTs et cryptomonnaies sont extrêmement énergivores, consommant environ 4x plus d’énergie pour produire 1 dollar en bitcoin que 1 dollar en cuivre. Autre exemple peut-être plus parlant : chaque transaction de bitcoin consomme en énrgie autant qu’une maison aux États-Unis consomme en… 26 jours. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. L’impact économique est également non-négligeable : le NFT le plus cher au monde a été vendu aux enchères à une modique somme de 91,8 millions d’USD. Malgré tout, le marché du NFT n’est pas en bonne posture actuellement, sans pour autant signer son arrêt de mort.

Entre opportunités et obstacles

Représentant un grand bouleversement pour les créateurs indépendants, les NFTs remettent en question la création, la distribution, voire l’essence même des œuvres numériques en requestionnant la définition d’une œuvre. Parallèlement, ils peuvent représenter une aubaine en ouvrant les champs des possibles pour l’art numérique, permettant aux artistes de mieux contrôler leur production notamment.

Un NFT garantit la propriété de l’œuvre numérique grâce à son accessibilité, traçabilité et sécurité. En effet, ils permettent aux artistes d’atteindre un potentiel public plus large, du fait du caractère sans frontière de la blockchain. Avec la transparence qu’offre la blockchain, les transactions de NFT peuvent être facilement accessibles et tracées, ce qui donne une certaine légitimité aux œuvres des créateurs.

Cependant, malgré l’engouement autour des NFTs, les créateurs indépendants peuvent être confrontés à certains défis concernant l’utilisation de ces technologies innovantes pour monétiser leurs créations. Par exemple, les conséquences environnementales de la blockchain peuvent poser problème pour les créateurs les plus écologiquement consciencieux.

Des autres contraintes que peuvent rencontrer les créateurs de contenus numériques sont la volatilité et la fluctuation des prix à cause de la spéculation. En 2021, certains NFTs ont vu leur prix augmenter alors que d’autres ont vu leur valeur chuter drastiquement : l’industrie des NFTs a ainsi enregistré une baisse substantielle de 92 % du prix moyen des ventes de jetons. Ainsi, les NFTs représentent encore une nouvelle technologie à appréhender, ce qui réduit leur attractivité et leur nombre d’utilisateurs. Ils conservent leur titre de « phénomène » pour les groupes d’investisseurs et de collectionneurs. La viabilité de ce système est finalement remise en cause du fait de la faible promotion de ce secteur et du déclin de plusieurs plateformes NFT.

De plus, bien qu’offrant des échanges sécurisés, il existe toutefois des tentatives (et réussites) de fraudes qui ont un impact sur la fiabilité du marché des NFTs, comme en 2021, lorsqu’un vol de 150 000 dollars a été commis grâce à un lien frauduleux posté sur un marché de NFTs. Les victimes devaient connecter leur crypto-porte-monnaie pour recevoir un soi-disant NFT en édition limitée mais voyaient finalement leur fortune transférée au compte du voleur.

Fin d’un phénomène ou début d’une nouvelle ère ?

Nous avons vu que malgré une utilisation démesurée des NFTs pendant la pandémie du COVID-19, elle s’est aujourd’hui effondrée : 95% des NFTs ont perdu toute leur valeur.

Cette chute peut être particulièrement due au marché “hautement spéculatif et volatil” dans lequel cette technologie se rencontre, en plus des questions éthiques catastrophiques qui restent en suspens pour le moment.

Enfin, malgré toutes ces incertitudes, la technologie de la blockchain et des NFTs reste tout de même révolutionnaire dans le monde de l’art, en ayant démontré notamment ses capacités à permettre un échange sécurisé et instantané des NFTs, tout en prouvant et traçant la propriété des œuvres d’art.

Ainsi, des questions demeurent toutefois : se pourrait-il que dans le domaine de l’art, les NFTs aient atteint ses limites de potentiels et capacités ? Qu’en est-il des autres secteurs ? Serait-il pertinent d’envisager des utilisations concrètes des NFTs et de la blockchain dans des domaines telles que les médias et la publicité, ou encore la recherche scientifique ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benoît Epron (6 décembre 2023). Les NFTs dans le futur : révolution technologique ou mirage économique ? . Économie du document. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bear


Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Sylvie Ducrey dit :

    Merci pour ce billet très intéressant !
    Par rapport à leur potentielles utilisations, il est intéressant d’envisager leurs perspectives dans le métavers. Les défenseurs de cette technologie y voient un potentiel énorme car les NFTs pourraient représenter une forme numérique inédite de possessions, incluant des biens et des propriétés virtuels uniques et même des identités personnalisées. Toutefois, pour l’heure, le métavers semble davantage une aspiration qu’une réalité concrète. Néanmoins, avec l’évolution rapide des technologies, un métavers viable pourrait voir le jour et les NFTs y joueraient un rôle central dans les échanges et les interactions. Ils pourraient ainsi redéfinir notre perception et notre acquisition des biens numériques au sein d’un monde virtuel.

  2. Monika Sirisin dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce billet qui a éclairer mes lumières sur le monde mystérieux qu’était pour moi les NFT et les blockchains. Pour les NFT, je trouve pertinent de savoir qu’il permet de garantir la propriété de l’œuvre numérique grâce à son accessibilité, traçabilité et sécurité. Je trouve ce côté positif et même inspirant pour protéger les œuvres de créatures qui sont trop souvent usurpés ou plagiés sans scrupule due au fait que les gens prennent souvent les œuvres digitales d’artistes pour acquis. Cependant, la spéculation, la valeur changeante et surtout leur impact sur l’environnement ne me conforte pas dans l’idée de soutenir ou de croire en un tel modèle. De plus, la détention d’un simple certificat d’authenticité pour l’acheteur me semble être une belle arnaque… Quant aux blockchains, il me semble présenter un système intéressant pour assurer la protection des transactions. Je trouve néanmoins que les NFT présentent des pistes d’améliorations dans la protection et la valorisation des œuvres numérique de créateurs.

  3. Sophia O dit :

    Je pense que les NFT peuvent certainement être intéressants en termes d’authentification de la nature d’un document d’une manière que les métadonnées d’un fichier ne peuvent pas.

    Au plus fort du confinement, comme vous l’avez mentionné, il y a eu un véritable engouement pour les crypto-monnaies et les NFTs.
    La lecture de votre article m’a rappelé comment Sina Estavi, un entrepreneur en crypto-monnaie, a acheté un NFT de Jack Dorsey, cofondateur et ancien PDG de Twitter.
    Il a acheté son premier tweet qui disait : “just setting up my twttr”

    pour 2,9 millions de dollars en mars 2021.
    Juste un an plus tard, après avoir tenté de le vendre pour 48 millions de dollars, son offre la plus élevée reçue était de 3600$.

    Dans l’ensemble, la valeur des NFT s’est effondrée
    Selon cet article que vous pouvez lire ici :

    https://markets.businessinsider.com/news/currencies/nft-market-crypto-digital-assets-investors-messari-mainnet-currency-tokens-2023-9

    La plupart des objets de collection numériques les plus précieux valent au maximum 100 $.

    Cependant, cela me fait penser à l’archéologie numérique et au fait que certaines choses sur l’internet sont incroyablement difficiles à trouver. Je me demande s’il y aura des reliques numériques qui deviendront précieuses et conserveront leur valeur au fil du temps.

    • Catarina Fernandes dit :

      Bonjour Sophia,
      Je te remercie pour ton commentaire et pour les précisions apportées.
      Je ne connaissais pas le concept d’archéologie numérique et suis très heureuse de le découvrir.
      De mon point de vue, les défis liés à la préservation doivent être préalablement pris en compte afin de pouvoir estimer des quelconques valeurs sur le patrimoine numérique, qui est intrinsèquement vulnérable et sujet à une obsolescence rapide (ou peut-être que la valeur ne serait qu’amplifiée face à ces enjeux?)
      Enfin, je te rejoins sur ces interrogations très intéressantes dont seulement l’avenir pourra nous éclairer.
      Salutations,
      Catarina

      • Sophia O dit :

        Bonjour Catarina,

        Merci beaucoup pour votre réponse.
        Je suis heureuse de partager avec vous la notion d’archéologie numérique, car c’est un sujet très fascinant. Cependant, au-delà de la vente de NFTs de modèles générés en 3D d’artefacts anciens dans un cybermusée, je pense qu’il pourrait y avoir des usages tangibles pour les NFTs.

        Je suis d’accord avec les commentaires selon lesquels les NFTs, dans leur état actuel, ne semblent pas très utiles ni précieux. Pourtant, sur l’internet, il existe un mythe qui stipule que tout ce qui a été mis sur l’internet le restera pour toujours et que ces données peuvent être copiées et partagées à l’infini. Néanmoins, il y a aussi la question du droit à l’oubli qui gagne de plus en plus de terrain. Si l’attrait des NFTs, comme l’a soulevé Elias Michel dans les commentaires, réside dans la possibilité d’être propriétaire de données d’une manière vérifiable, cela pourrait permettre la création d’un modèle d’opt-in dans le “capitalisme de surveillance” (voir Zuboff). Les données personnelles ou le contenu dans ce modèle appartiennent à l’utilisateur, et les NFTs de ces données peuvent être vendues de manière consentante avec des micro-transactions, ce qui est plus éthique et plus transparent que le modèle actuel à mon avis. Tout comme les droits d’auteur sont apparus au XVIIIe siècle, les droits des utilisateurs sur leurs propres données finiront par prévaloir et les NFTs peuvent être une méthode parmi d’autres pour y parvenir.

        Effectivement, seulement l’avenir pourra nous éclairer.

        Salutations.

    • Catarina Fernandes dit :

      Bonjour Sophia,

      Je te remercie pour ton commentaire et pour les précisions apportées.
      Je ne connaissais pas le concept d’archéologie numérique et suis très heureuse de le découvrir.
      De mon point de vue, les défis liés à la préservation doivent être préalablement pris en compte afin de pouvoir estimer des quelconques valeurs sur le patrimoine numérique, qui est intrinsèquement vulnérable et sujet à une obsolescence rapide (ou peut-être que la valeur ne serait qu’amplifiée face à ces enjeux?)
      Enfin, je te rejoins sur ces interrogations très intéressantes dont seulement l’avenir pourra nous éclairer.
      Salutations,

      Catarina

  4. Federico Montezuma dit :

    Bonjour à vous trois,

    Votre billet limpide m’a permis d’en savoir davantage sur les NFTs et la blockchain, ce dont je vous remercie.

    L’incursion des NFTs dans le domaine de l’art invite assurément à la réflexion : nous sommes en présence d’une technologie qui redessine en quelque sorte l’écosystème de l’art et qui altère la définition et l’essence de l’art. Cette rencontre entre un objet informatique (les NFTs) et la sphère de l’art illustre bien à mes yeux la façon quasiment irrésistible, voire impérieuse, dont le numérique s’étend à l’ensemble des activités humaines.

    Rien peut-être n’est plus éloigné du numérique que l’art à ses origines.

    Mais le numérique s’est saisi de l’art et l’a incorporé à son environnement (je dirais même qu’il l’a digéré).

    Et maintenant l’art numérique fait l’objet de transactions régulées par des jetons digitaux.

    Continuons ainsi et bientôt l’art aura perdu toute sa matérialité, toute sa plasticité, toute sa qualité d’objet physique et tangible. Le numérique est comme une pieuvre dont les tentacules se déploient pour attraper tout ce qu’elle voit ; l’art n’y a pas échappé – mais il montre aussi et heureusement des signes de résistance au numérique.

    Salutations,

    Federico

    • Catarina Fernandes dit :

      Merci Federico pour ton retour passionné, tout comme passionnant.
      Ton analogie avec la pieuvre numérique étendant ses tentacules pour saisir tous les domaines de la vie humaine est pertinente. Cependant, à mon sens, l’art “traditionnel” conservera son charme intemporel et continuera à être apprécié pour sa matérialité, plasticité et sensorialité.
      De plus, je pense que le numérique et l’art peuvent coexister, chacun apportant ses propres avantages et défis. Enfin, je trouve qu’il est intéressant d’observer comment ces deux mondes interagissent et évoluent dans un paysage artistique et technologique en constante mutation.
      Bien à toi,
      Catarina

  5. Caroline Ricci dit :

    Je voudrais revenir sur ce que vous avez mentionné à la fin de votre article à propos d’autres domaines où les NFT et la blockchain pourraient être utilisés. Par exemple, dans le monde de la science et de la recherche, des initiatives comme Blockchain for Peer Review et ARTiFACTS sont très intéressants !

    • Elias Michel dit :

      Tu as tout à fait raison, des initiatives comme Blockchain for Peer Review et ARTiFACTS sont des exemples fascinants de l’utilisation de la blockchain et des NFT dans le monde de la science et de la recherche. Le domaine de la recherche scientifique change avec le reste du monde, et s’adapte aux aléas technologiques ! La blockchain et les NFT sont utilisés, à tort ou à raison, dans d’autres domaines que celui de l’art numérique.

  6. Valérian Dreier dit :

    Je suis un immense fan du conte de Andersen appelé “Les habits neufs de l’empereur”. Dans ce conte, des tailleurs viennent à la cours du roi avec une technologie révolutionnaire : un fil de soie de la plus grande qualité. Seulement, ce fil de soie n’est visible que par les gens intelligents. Ainsi, personne n’ose avouer publiquement qu’il ne voit pas la belle robe cousue par nos tailleurs. C’est finalement lors d’un défilé qu’un petit garçon s’écrie “Mais le roi est tout nu” que gentiment, le public commence à comprendre qu’eux aussi se sont fait berner, par peur de passer pour des idiots.
    De la même manière avec les NFT, beaucoup n’osaient pas poser un regard critique dessus et se sont lancés à corps et âmes dans ce créneau, de peur de rater le coche.
    Inutile de préciser que je ne crois pas beaucoup aux NFT.

    • Scalzillo Tidjian dit :

      J’aurais volontiers laissé un simple like si on avait été sur un réseau social mais n’étant pas le cas, je suis forcé d’en faire un peu plus et de commenter.

      J’ajouterais à cela que selon ma compréhension du sujet, nous avons finalement comme acteurs des NFTs:
      – Des artistes ou pseudo-artistes qui ont trouvé un moyen facile de se faire beaucoup d’argent sur le dos d’une poignée de pigeons.
      – Des pigeons qui achètent ils ne savent pas trop quoi mais il paraît que ça a de la valeur.
      – Quelques initiés qui parviennent à spéculer.

    • Elias Michel dit :

      J’ai été transporté par ton storytelling, merci beaucoup. À titre personnel, je suis tout à fait d’accord ; les NFT relèvent plus du “mirage économique” qu’autre chose.

  7. Giordana Kigouk dit :

    Grâce à vous, je cerne enfin un peu mieux ce monde mystérieux des blockchains et NFT! Merci pour la clarté de votre article. Ceci dit, je ne comprends toujours pas vraiment la valeure ajoutée d’être en possession d’un NFT – en suivant le lien que vous avez fourni vers l’article de la BBC (https://www.bbc.com/news/business-67295786) il est noté que le détenteur d’un NFT n’a pas les droits sur l’image (par exemple) et ainsi n’importe qui peut visualiser ou copier l’image… quel est donc l’intérêt d’avoir le NFT? Surtout avec les conséquences catastrophiques sur l’écologie que cela implique, comme vous l’évoquiez… je suis perplexe 😉

    • Elias Michel dit :

      Très heureux de savoir que notre billet a pu t’apporter quelques éléments de réponse ! 😄
      L’intérêt réside dans le fait d’être “propriétaire” d’une sorte de certificat d’authenticité d’une œuvre numérique (en l’occurence, c’est un bout de code sur la blockchain). C’est comme être propriétaire d’un item collector d’Internet.
      Personnellement, je pense qu’il n’y a aucun intérêt et que ce n’est qu’une vaste illusion… Et même si posséder un NFT avait un réel bénéfice tangible, les effets négatifs sur l’écologie sont pour moi bien trop élevés pour que les NFT soient pertinents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search