Protection des données : Le défi des bibliothèques à l’ère du numérique ?

Billet de blog proposé par Eva Brancato, Seeun Kim Chung, Thaïs Miranda et Michèle Oppliger

Dans un paysage numérique en constante évolution, les bibliothèques jouent un rôle essentiel de facilitatrices d’accès à l’information et à la connaissance. Cependant, elles sont également confrontées à un défi de taille : garantir la confidentialité des données de leurs usagers.

L’augmentation massive des données et la prise de conscience croissante des risques liés à leur utilisation ont placé la protection des données au cœur des préoccupations. Ces inquiétudes se sont accentuées suite à des violations de données et des pratiques douteuses ayant compromis la confidentialité des informations personnelles.

Pour répondre à ces préoccupations, les gouvernements mondiaux ont promulgué des lois afin de renforcer la confidentialité des données.

Les bibliothèques doivent équilibrer la fourniture de services efficaces tout en préservant la vie privée de leurs usagers. Cela nécessite une expertise professionnelle, une conduite éthique et une adaptation aux normes de protection des données.

La protection des données est devenue un enjeu crucial, exigeant une gestion plus attentive et responsable des informations personnelles, tant au niveau individuel qu’institutionnel.

Quels sont les défis et les responsabilités des professionnels des bibliothèques en matière de protection des données privées, et comment peuvent-ils assurer une gestion appropriée des données personnelles tout en maintenant leur rôle essentiel dans notre société ?

Entre lois et devoirs : les bibliothèques face aux enjeux de confidentialité des données

Les bibliothécaires jouent un rôle essentiel dans la protection des données des utilisateurs en éduquant ces derniers sur la collecte et l’utilisation des données tout en assurant une transparence dans leur traitement. Dans le cadre des bibliothèques, les données personnelles des utilisateurs incluent des informations d’identification comme le nom, le prénom, l’adresse, la date de naissance ainsi que des données spécifiques liées aux services offerts, comme le numéro de lecteur ou les historiques de prêts.

Une des priorités des professionnels est donc de minimiser la collecte de données, ne recueillant que ce qui est nécessaire pour fournir des services de qualité, tout en mettant en place des mesures de sécurité pour prévenir les accès non autorisés, garantir la protection et la confidentialité des utilisateurs.

Il est important de souligner que les bibliothèques sont tenues de se conformer aux lois et réglementations spécifiques à leur juridiction en matière de protection des données, telles que le RGPD en Europe, la LPRPDE au Canada, le Patriot Act aux États-Unis ou la LPD en Suisse.

Par exemple, le RGPD exige un consentement explicite des individus pour la collecte de leurs données, tandis que la LPRPDE au Canada stipule des règles similaires pour les organisations privées exerçant des activités commerciales. Au Québec, la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé (L.R.Q. P-39.1) définit les données personnelles comme « tout renseignement qui concerne une personne physique et permet de l’identifier ». Ainsi, tant les données descriptives que les données d’usage associées à un usager ou une usagère identifiable peuvent être qualifiées de « personnelles ».

Aux États-Unis, le Patriot Act accorde des pouvoirs étendus aux autorités gouvernementales pour accéder aux données, soulevant des inquiétudes concernant la confidentialité des informations des usagers détenues par les bibliothèques. Les bibliothécaires doivent naviguer dans ces limites légales pour protéger la vie privée des usagers tout en les informant des implications possibles sur leurs données.

La nLPD en Suisse régule la collecte, le stockage et l’utilisation des données personnelles, exigeant des bibliothécaires qu’ils respectent ces réglementations, limitent la collecte de données au nécessaire et protègent ces informations contre les accès non autorisés. Elle définit les données personnelles (données) comme étant « toutes les informations qui se rapportent à une personne identifiée ou identifiable ; personne concernée : la personne physique dont les données personnelles font l’objet d’un traitement ».

Ainsi dans chaque juridiction, les bibliothécaires ont la responsabilité de se conformer à ces lois, de protéger la vie privée des usagers et de les éduquer sur leurs droits concernant le traitement de leurs données conformément à ces réglementations spécifiques.

En cas d’incidents majeurs ou de législations controversées affectant la confidentialité des données, le personnel agit en informant les usagers des risques et prend des mesures pour limiter l’impact sur leur vie privée.

Former et s’informer : Une garantie de sécurité et de protection

D’après un sondage ACEI (2020), réalisé un an après le début de la pandémie de Covid-19, 84% des Canadiens expriment leur inquiétude quant à la pratique des grandes entreprises technologiques. Cette enquête a été menée à une époque où Internet s’est révélé plus essentiel que jamais. Ces entreprises ont accès aux données des utilisateurs et les partagent avec des tiers sans leur consentement, ce que l’autrice Shoshana Zuboff qualifie de « capitalisme de surveillance ». Environ la moitié des personnes interrogées se disent très préoccupées par cette situation.

Afin d’autonomiser les citoyens dans la sphère numérique et de transformer les « publics connus » (known publics) en individus bien informés et actifs (knowing publics), il est nécessaire de développer et de promouvoir les compétences informationnelles par le biais d’une éducation accessible à tous. Dans cette optique, les bibliothèques, en tant que tiers-lieux favorisant l’accès au savoir pour tous, pourraient jouer un rôle clé en formant les usagers à l’utilisation des outils numériques tout en les sensibilisant aux enjeux.

Cependant, l’enquête menée par Tommon et Dawn (2018) a montré que même si 97% des bibliothécaires sont en consensus sur le fait que les bibliothèques ne devraient pas partager d’informations personnelles sans consentement ou ordre juridique. Dans certaines situations, les bibliothécaires ne soient pas informés des pratiques reliées à la protection des données et à leurs applications concrètes. De plus, il semble qu’ils n’aient pas bénéficié d’une formation adéquate sur les questions associées au respect de la vie privée au sein de leur institution. M. Chovet (2019) constate une situation similaire en France, où il manque d’offre de formations destinées aux employés des bibliothèques universitaires et territoriales.

Voici quelques exemples d’engagement des professionnels pour sensibiliser les personnels et les usagers des bibliothèques à la protection de leurs données personnelles : Data Privacy Project, CrytoParty (aussi nommés Café Vie Privée), « Kit pour protéger les données personnelles en bibliothèques » créé par Thomas Fourmeux, Formation offerte à BAnQ et le projet « Les voyageurs du numérique » sous la houlette de Bibliothèques sans frontières, etc.

Comme le précise l’IFLA (2015), il est crucial que les professionnels des bibliothèques et des services d’information aient une formation en matière de protection des données de la vie privée pour ensuite habiliter les usagers à assurer la sécurité de leurs données personnelles en développant leurs compétences en numératie.

Nouvelle ère, nouveaux défis : les bibliothèques se redessinent

Dans le secteur des bibliothèques et des archives, une asymétrie d’information préoccupante émerge entre les institutions et leur public. Les bibliothèques collectent des données personnelles et d’usage et détiennent souvent des données détaillées sur les méthodes de collectes. Les usagers, pour leur part, manquent souvent d’un accès facile ou d’une compréhension claire de ces informations. Il n’existe bien souvent pas de politique de confidentialité ou cette dernière se perd dans les interfaces numériques.

Un déséquilibre apparait entraînant une perte de contrôle de la protection de la vie privée pour les usagers, qui peuvent ne pas être pleinement conscients de quelles données sont collectées et comment elles sont utilisées.

Il apparait ainsi crucial d’informer clairement les usagers sur les pratiques de collecte de données, de promouvoir la transparence et de sensibiliser le public aux enjeux de la confidentialité. Ce processus permettrait d’obtenir un consentement éclairé et réel de la part des usagers avant de collecter leurs données.

Une autre problématique apparait avec la numérisation. Effectivement, les bibliothèques suisses n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre vis-à-vis du choix de leur logiciel de gestion de bibliothèque. Un des exemples surprenants est celui du Système de gestion de bibliothèque (SIGB) Alma. Les bibliothèques rattachées à ExLibris, comme les vaudoises, qui ont pris ce SIGB depuis quelques années, se retrouvent avec des données utilisateurs hébergés à Amsterdam, et non plus à Martigny. La confidentialité des données peut-elle être garantie lorsque les données ne sont même pas en Suisse ? La sécurité des données peut-elle être assurée ?

Pour respecter les droits des usagers, il faut pouvoir appliquer les lois suisses (nLPD) pour ses données qui se trouvent dans des pays régis par d’autres réglementations, comme la RGPD en Europe.

De même, pour la conservation et la modification des données, avec la plateforme SLSP, il est difficile de modifier les données personnelles et même impossibles par les usagers eux-mêmes. La suppression d’un compte utilisateur n’est pas toujours possible suivant les systèmes de gestion de bibliothèque et cela va à l’encontre des lois et droits. En conséquence, une conservation excessive dans le temps des données peut-être à déplorer.

L’éthique joue un rôle central dans les pratiques professionnelles des bibliothèques. Les codes éthiques (code de Bibliosuisse, code d’éthique de FCAB-CFLA) nous offrent des repères importants pour guider les actions vers une conduite optimale. L’un des points clés à retenir c’est qu’il est essentiel d’intégrer des principes éthiques solides dans les pratiques professionnelles et les aligner avec les valeurs de confidentialité et de liberté d’information.

Le constat final est que les formations ne devraient pas s’adresser qu’aux utilisateurs, mais également aux professionnels des bibliothèques pour qu’ils soient informés des évolutions technologiques et législatives liées à la protection des données.

Tous égaux face à la protection des données ?

Dès lors, l’inclusion numérique devient un impératif. Les bibliothèques émergent comme des acteurs principaux pour garantir l’égalité d’accès à la formation, essentielle à la sécurité des données personnelles. Les fossés numériques, influencés par une multitude de facteurs sociodémographiques, psychologiques, réglementaires, situationnels et méthodologiques, peuvent créer des disparités concernant la protection des données personnelles. Cependant, l’approche inclusive adoptée par les bibliothèques, en offrant une formation adaptée à tous, devient primordiale pour combler ces différences. En plaçant la bibliothèque au cœur de cette mission d’éducation, nous œuvrons pour une compréhension uniforme et une utilisation responsable des données dans l’environnement numérique, favorisant ainsi une inclusion numérique réellement égalitaire.



Citer ce billet
Benoît Epron (2023, 11 décembre). Protection des données : Le défi des bibliothèques à l’ère du numérique ? Économie du document. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/beat

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Charlotte Chuard dit :

    Merci beaucoup pour votre billet de blog riche en information!

    Par ailleurs, l’accent mis sur l’inclusion numérique et l’égalité d’accès à l’information est important. Les bibliothèques s’efforcent de rendre la formation sur la sécurité des données accessible à tous, favorisant ainsi une compréhension uniforme et une utilisation responsable des données dans l’environnement numérique. La bibliothèque est un lieu de partage et d’échange, elle prône l’égalité des chances. La continuité de cette valeur vers l’ère numérique est d’autant plus importante. La formation et l’information sur la protection des données sont essentiels pour tous, les bibliothèques ont donc un grand rôle à jouer dans ce domaine.
    Merci pour votre travail !
    Charlotte Chuard

  2. Patel Harikrishna dit :

    Ce billet aborde avec pertinence un sujet d’une actualité brûlante : la protection des données dans les bibliothèques à l’ère numérique. En tant qu’étudiant, je trouve cette thématique particulièrement importante. La façon dont nos bibliothèques équilibrent l’accès à l’information et la confidentialité des données personnelles est cruciale. Ce que je trouve particulièrement intéressant, c’est le défi posé aux bibliothécaires pour rester à jour avec les législations en constante évolution, comme le RGPD en Europe ou le Patriot Act aux États-Unis.

  3. Monika Sirisin dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce billet pertinent et instructif sur la gestion des données personnelles en bibliothèque et les enjeux à venir.
    J’aimerais revenir sur une des informations données sur la gestion des comptes utilisateurs sur swisscovery. “[…] avec la plateforme SLSP, il est difficile de modifier les données personnelles et même impossibles par les usagers eux-mêmes.” Les usagers peuvent facilement modifiées leurs informations personnelles en cliquant sur l’onglet “informations personnelles” puis sur “gérer mon compte SWITCH edu-id” ou en passant par SWITCH eduid (https://eduid.ch/) qui hébergent les données utilisateurs. C’est le personnel des bibliothèques qui ne peut plus modifier les informations personnelles des usagers, seuls les usagers peuvent maintenant les effectuer. C’est en tout cas le cas de la bibliothèque où je travaille. Nous avons eu plusieurs cas d’usagers nous demandant de modifier leur informations de contact comme leur adresse email ou leur mot de passe sans que nous ne puissions le faire.

    Je aussi d’avis que les formations sur la protection des données ne devraient pas seulement s’adresser aux usagers, mais aussi aux professionnels des bibliothèques pour les tenir informés des évolutions technologiques et législatives en matière de protection des données. Ce genre de formations ne sont malheureusement pas assez plébiscitées auprès des professionnels. Un changement en ce sens rendrait la tâche plus facile aux professionnels pour accompagner les usagers face à la gestion des données dans ces secteurs en constante évolution.

    • Oppliger Michèle dit :

      Salut Monika,

      Merci beaucoup pour ton retour positif sur notre billet de blog.

      Merci également pour les précisions que tu as apportées concernant la gestion des comptes utilisateurs sur swisscovery. Ton expérience au sein de ta bibliothèque est vraiment intéressante et apporte une perspective utile en plus à notre billet.

  4. Federico Montezuma dit :

    Bonjour à vous,

    Merci pour ce billet riche d’informations et d’enseignements.

    Le rôle fondamental des bibliothèques en matière d’éducation et de formation des usagers se confirme à la lecture de votre article, de même que l’omniprésence de la problématique ayant trait à la protection des données personnelles. Les notions fécondes que vous mobilisez dans votre billet – « known publics » et « knowing publics », la langue anglaise autorisant d’éloquents jeux de mots que la langue française peine parfois à transposer en son sein – disent bien l’un des enjeux majeurs gravitant autour de cette question : il s’agit bien, pour les bibliothécaires, d’enseigner les compétences adéquates et de transmettre les connaissances nécessaires aux utilisateurs, afin qu’ils soient eux-mêmes en mesure d’agir efficacement et de se prendre en main, à plus forte raison quand il y va de la protection de leurs données personnelles.

    Par ailleurs, l’intégration d’aspects juridiques et éthiques au cœur de la problématique de la confidentialité des données traduit la complexité d’un sujet aussi passionnant que délicat, et illustre les nombreux enjeux qui lui sont liés. Sont donc convoqués le droit et l’éthique, dont les questionnements s’éclairent d’un jour nouveau et se renouvellent au sein d’une même problématique, celle de la protection des données personnelles dans un contexte bibliothéconomique et dans un environnement numérique. D’une part, ainsi que vous l’écrivez, « les bibliothèques sont tenues de se conformer aux lois et réglementations spécifiques à leur juridiction en matière de protection des données » ; d’autre part, toujours en vous citant, « il est essentiel d’intégrer des principes éthiques solides dans les pratiques professionnelles et [de] les aligner avec les valeurs de confidentialité et de liberté d’information. » Par où l’on voit que le droit et l’éthique sont comme les deux faces – différentes mais complémentaires et inséparables – d’une pièce de monnaie.

    Bien à vous,

    Federico

    • Thaïs Miranda dit :

      Cher Federico,

      Je te remercie pour ton message réfléchi et éclairant à propos de notre billet de blog. Tes mots expriment avec une grande clarté les enjeux cruciaux que soulève la protection des données personnelles dans le contexte des bibliothèques.

      Ta remarque sur les subtilités linguistiques entre l’anglais et le français, notamment avec les termes « known publics » et « knowing publics », est très pertinente. En effet, la richesse des langues peut parfois poser des défis lorsqu’il s’agit de traduire avec précision des concepts aussi nuancés. Néanmoins, ces idées demeurent essentielles pour aborder le rôle éducatif des bibliothécaires dans la transmission des compétences nécessaires à une utilisation sûre et éclairée des données personnelles par les usagers.

      Tu soulignes également à juste titre la complexité intrinsèque de cette problématique, où le croisement du droit et de l’éthique est incontournable. En effet, la conformité aux lois et réglementations en vigueur constitue une base fondamentale, mais elle doit impérativement être complétée par une réflexion éthique approfondie pour garantir la protection des droits des individus ainsi que la libre circulation de l’information.

      Ta comparaison entre le droit et l’éthique comme les deux faces d’une même pièce de monnaie est très évocatrice. Ces deux dimensions sont indéniablement complémentaires et indissociables dans la démarche visant à assurer un environnement respectueux des données personnelles au sein des bibliothèques.

      Merci pour cette analyse perspicace et je partage ta conviction quant à l’importance capitale de cette réflexion. Les contributions comme la tienne enrichissent considérablement ce débat et nous encouragent à approfondir nos actions dans ce domaine crucial.

      Au plaisir de te lire,

      Thaïs Francisco

  5. Zoé Dutoit dit :

    Bonjour à vous quatre !

    Merci beaucoup pour ce billet qui soulève des points très intéressants.

    J’aimerais ajouter une information qui me semble complémentaire à votre paragraphe sur le SIGB Alma. Depuis maintenant deux-trois ans, Ex Libris a mis en place une nouvelle fonctionnalité automatique qui est de supprimer l’historique des prêts de tous les lecteurs tous les trois ans pour justement protéger les données des utilisateurs. Quand ceci a été mis en place, je me rappelle très bien avoir eu des discussions avec mes collègues dans lesquelles nous soulevions deux “problèmes” : un écart de trois ans entre chaque suppression paraît long et les lecteurs ont été “perdus”, car ils se référaient à leur historique de prêts avant d’emprunter un document (les grands lecteurs ne se souviennent pas forcément de tout ce qu’ils ont lu).
    Il a fallu un petit moment d’adaptation plus pour les lecteurs que pour les professionnels.

    À bientôt !

    Zoé

    • Thaïs Miranda dit :

      Bonjour Zoé,

      Tout d’abord, merci pour ta précieuse contribution et pour avoir partagé cette information concernant les évolutions d’Ex Libris. La mise en place d’une fonctionnalité automatique de suppression de l’historique des prêts tous les trois ans représente assurément une avancée dans la protection des données des utilisateurs.
      Ta remarque sur cette initiative soulève des points très pertinents quant à son impact. Comme tu l’as mentionné, cette transition vers une suppression périodique des historiques a nécessité un ajustement, surtout du côté des lecteurs habitués à cette fonctionnalité. Les changements dans les pratiques et habitudes peuvent parfois demander un certain temps d’adaptation.

      Néanmoins, cette initiative témoigne des efforts continus pour trouver un équilibre entre la protection des données personnelles et les besoins des utilisateurs. C’est un exemple concret de la manière dont les technologies évoluent pour garantir une meilleure confidentialité tout en cherchant à minimiser les inconvénients pour les utilisateurs.

      A bientôt,

      Thaïs Francisco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search