Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découvertes ? 

 

Sérendipi-quoi ?

Nous n’avons probablement pas besoin de vous rappeler à quel point les algorithmes et l’Intelligence Artificielle ont grandement changé notre façon de consommer l’information. Penchons-nous plutôt sur l’impact que ces derniers ont sur la sérendipité.

La sérendipité peut être définie comme un phénomène où l’on découvre quelque chose de précieux et utile par un heureux hasard. C’est-à-dire qu’au départ, nous cherchions une certaine chose, mais au détour d’un chemin, nous sommes tombés sur une chose inattendue, qui s’est avérée positive.

En opposition quasi-totale avec la sérendipité, un algorithme, est selon Le Robert “une suite de règles formelles” destinée à résoudre un problème, soit, dans le cas des algorithmes de recommandation : comment faire pour permettre aux entreprises de “pousser” les contenus informationnels susceptibles d’intéresser le plus les consommateurs, selon leurs goûts et intérêts respectifs, et ainsi capturer leur attention si précieuse ? Ces algorithmes sont désormais souvent améliorés par l’intelligence artificielle, et ce, notamment depuis l’avènement de l’apprentissage profond, ou « deep learning » depuis le début des années 2010.

Il existe trois principaux types d’algorithmes de recommandation utilisés aujourd’hui :

  • L’algorithme basé sur le contenu, où le consommateur recevra des recommandations selon le type de contenu qu’il a consommé par le passé, ces recommandations peuvent être générées grâce à une intelligence artificielle
  • De type collaboratif, où le consommateur recevra des recommandations basées sur ce que d’autres consommateurs au profil similaire auront consommé
  • Et enfin de type hybride, où les deux méthodes ci-dessus sont utilisées pour fournir des recommandations.

Oui, mais concrètement ?

La question qui se pose dès lors est de savoir si la sérendipité existe encore malgré le hasard contrôlé des algorithmes. Et d’ailleurs pourquoi est-ce important de garder de la sérendipité dans nos recherches ? Les algorithmes permettent d’atteindre plus vite du contenu apparemment pertinent, et dans ce monde d’infobésité, ce n’est pas rien. Alors pourquoi vouloir conserver les impondérables liés à la sérendipité ? 

Premièrement et tout simplement, car la sérendipité a toujours été une abondante source de créativité et de découverte. Nous devons de nombreuses avancées scientifiques ou créations à la sérendipité. La pomme tombant sur la tête de Newton en est un exemple frappant (si vous pouvez excuser ce mauvais jeu de mot !). Si nous effaçons la sérendipité de nos recherches, nous nous coupons de cette source imprévue d’inspiration.

N’étant pas nous-même de l’acabit de Newton, nous vous proposons un deuxième exemple peut-être plus terre à terre. Est-ce que ça vous est déjà arrivé de chercher un titre particulier sur votre compte Netflix, mais de ne pas le trouver alors même que vos amis ont pu le visionner le soir d’avant puis vous l’ont chaudement recommandé ? Il vous faudra “dépenser” plus d’énergie en recherches, car ce documentaire en question, ne faisant pas partie de vos recommandations usuelles, se cache dans les recoins de Netflix. Dans cet exemple, les algorithmes se révèlent être un frein plutôt qu’une aide à la recherche. De plus, n’y a-t-il pas quelque chose d’un peu dérangeant dans l’idée qu’un algorithme, une machine, vous fasse des recommandations selon vos goûts ? Là où une même suggestion provenant de nos proches est bienvenue, peut-on faire confiance à l’IA pour « connaître » nos goûts ? 

Troisièmement, les algorithmes de recommandation exacerbent l’effet de “chambre d’écho médiatique”. Ce phénomène est décrit selon Wikipédia comme “une description métaphorique d’une situation dans laquelle l’information, les idées, ou les croyances sont amplifiées ou renforcées par la communication et la répétition dans un système défini.” Le danger de ce phénomène est que l’on se coupe de points de vue opposés au nôtre et que l’on risque donc de perdre nos capacités d’analyse critique. De plus, nous remettons moins en question les sources des opinions qui corroborent les nôtres, donc nous risquons d’amplifier et propager les “fake news”. Ceci est un vrai risque, qui est augmenté avec l’utilisation massive des réseaux sociaux pour propager les informations. Réseaux sociaux qui justement utilisent des algorithmes de recommandation pour sélectionner le contenu qui apparaîtra sur nos fils d’actualités.

Toutes ces situations peuvent nous laisser penser que les algorithmes de recommandation, d’autant plus s’ils sont augmentés par l’intelligence artificielle, ne laissent guère plus de place à la sérendipité dans nos découvertes en ligne. 

Toutefois, il ne faudrait pas oublier deux éléments importants. Le premier est que les personnes développant les algorithmes de recommandations les améliorent constamment, bien que ces améliorations suivent le plus souvent une logique commerciale. Le deuxième élément à garder à l’esprit est la relative nouveauté des intelligences artificielles. Même si la discipline existe au niveau académique depuis 1956, c’est surtout l’avènement du deep learning, ou apprentissage profond, dès 2012 qui a propulsé les intelligences artificielles sur le devant de la scène. Puis, au début de cette année 2023, les intelligences artificielles créatives ou génératives ont fait à leur tour un bon en avant, avec comme exemples notoires ChatGPT et Midjourney. Si leurs progrès sont fulgurants, elles n’en sont cependant qu’à leurs balbutiements. Tant mieux d’ailleurs, car ce sont précisément ces imperfections qui peuvent être source de sérendipité. En effet, si l’algorithme ou l’intelligence artificielle commettent une erreur, un résultat qui ne correspond pas à nos préférences telles qu’enregistrées dans leurs paramètres apparaîtra dans nos recommandations. Cela peut alors s’avérer être une bonne ou une mauvaise découverte, principe même de la sérendipité !

Pour résumer 

Nos recherches nous ont amené plus de questions que de réponses. En effet, nous ne pouvons pas prévoir à quel point les algorithmes et l’Intelligence Artificielle vont être améliorés. Nous ne pouvons que nous interroger et garder à l’esprit des principes importants tel que celui de l’echo chamber, par exemple, pour savoir repérer ce genre de biais dans nos recherches. En plus de rester informés et critiques sur nos résultats de recherches, nous pouvons continuer à nous poser des questions sur l’avenir de la sérendipité. 

Dans les mois ou les années qui viennent, avec les améliorations apportées à la fois aux algorithmes de recommandation et aux intelligences artificielles, restera-t-il une place pour la sérendipité dans nos découvertes ? À quel point une sérendipité programmée dans l’algorithme est-elle toujours véritablement fortuite ? Et comment faire pour “préserver” la sérendipité dans le futur ?

 

Pour aller plus loin…

ANZIEU, Alexis, 2019. La sérendipité dans les algorithmes de recommandation. Medium [en ligne]. 6 juin 2019. Disponible à l’adresse : https://medium.com/@alexis.anzieu/la-s%C3%A9rendipit%C3%A9-dans-les-algorithmes-de-recommandation-82131cb4e079 [consulté le 12 novembre 2023]. 

Artificial intelligence, 2023Wikipedia [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Artificial_intelligence&oldid=1185549476 [consulté le 19 novembre 2023]. Page Version ID: 1185549476

Chambre d’écho (médias), 2023Wikipédia [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Chambre_d%27%C3%A9cho_(m%C3%A9dias)&oldid=200611777 [consulté le 19 novembre 2023]. Page Version ID: 200611777

Définition algorithme, 2022Le Robert [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.lerobert.com/newsletter-dis-moi-robert [consulté le 19 novembre 2023]. 

MER, Daniel, 2021. Intelligence artificielle : les algorithmes de recommandation pour le streaming. Medium [en ligne]. 17 mai 2021. Disponible à l’adresse : https://manielder.medium.com/intelligence-artificielle-les-algorithmes-de-recommandation-pour-le-streaming-1c6151859f1f [consulté le 19 novembre 2023]. 

MICHEL, Géraldine et LE NAGARD, Emmanuelle, 2021. Favoriser la sérendipité pour des recherches plus créatives | Cairn.info. Décisions marketing. Vol. 2019/1, numéro 93, pp. 59. DOI https://doi.org/10.7193/DM.093.05.09

MINUTEVIDEOS, 2016. Filter Bubbles and Echo Chambers [en ligne]. 28 décembre 2016. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Zk1o2BpC79g [consulté le 19 novembre 2023]. 

NEGRE, Elsa, 2018. Les systèmes de recommandation : une catégorisation. Interstices [en ligne]. 20 septembre 2018. Disponible à l’adresse : https://interstices.info/les-systemes-de-recommandation-categorisation/ [consulté le 19 novembre 2023]. 

Serendipity Definition & Meaning, 2023Merriam-Webster [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.merriam-webster.com/dictionary/serendipity [consulté le 19 novembre 2023]. 

SHIN, Donghee, RASUL, Azmat et FOTIADIS, Anestis, 2021. Why am I seeing this? Deconstructing algorithm literacy through the lens of users. Internet Research. Vol. 32, numéro 4, pp. 12141234. DOI 10.1108/INTR-02-2021-0087

SOURBETS, Joséphine, 2022. Les algorithmes de recommandation et la sérendipité | Blog MDCE. Blog Master Marketing Data Ecommerce [en ligne]. 7 juillet 2022. Disponible à l’adresse : https://blog-mdce.fr/la-serendipite-face-aux-algorithmes-de-recommandation/ [consulté le 12 novembre 2023]. 

Système de recommandation, 2023Wikipédia [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Syst%C3%A8me_de_recommandation&oldid=209575123  [consulté le 19 novembre 2023]. Page Version ID: 209575123



Citer ce billet
Benoît Epron (2023, 11 décembre). Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découvertes ? . Économie du document. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/beaw

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. Ngoc Minh Thy Lê dit :

    Bonjour à toute l’équipe !

    Merci beaucoup pour votre excellent article plein d’humour !

    Je me pose la question si finalement, avec l’AI et les algorithmes, leurs propositions ne peuvent-elles pas faire partie de la sérendipité aussi ? Il m’arrive souvent de chercher des films sur Netflix et en tapant un mot quelconque, il me proposait souvent des films ou des séries qui n’avaient pas de lien avec ma recherche initiale. Cela fait que j’ai pu découvrir pleins de nouvelles choses qui m’étaient inconnues.
    Donc, je pense que selon notre façon de les utiliser, ils peuvent nous surprendre encore comme ce sont des machines et non des humains. Ils peuvent analyser notre comportement général mais il leur manque beaucoup de choses pour nous cerner complètement, ce qui en fait leur faille.

    Ngoc Minh Thy Lê

    • Giordana Kigouk dit :

      Bonjour Minh Thy, et merci pour ton commentaire très intéressant. En effet, je pense que le point que tu soulèves rejoint le commentaire de Rayan, à savoir qu’en tant qu’utilisateurs nous retenons heureusement encore un certain pouvoir et que nous pouvons en quelque sorte provoquer la sérendipité, ou tout du moins être conscient du danger que l’enfermement dans une bulle informationnelle pourrait provoquer.
      Merci pour ta reflexion!

  2. Halawa Rayan dit :

    Merci à vous pour cet article très pertinent !

    Ce dernier met en avant des inquiétudes concernant la manière dont les algorithmes de recommandation peuvent restreindre la diversité des informations auxquelles nous sommes exposés. Cependant, il est important de noter que même si ces algorithmes nous proposent principalement des contenus basés sur nos préférences, cela ne nous empêche pas de rechercher activement des informations différentes.

    L’un des points forts de la recherche en ligne est la possibilité d’explorer une variété de sujets en utilisant des mots-clés différents. Les utilisateurs ont toujours la liberté de sortir de leurs recommandations habituelles et d’explorer des domaines qui ne correspondent pas nécessairement à leurs préférences prédéfinies.

    Par exemple, si les algorithmes me suggèrent principalement des vidéos de musique pop, rien ne m’empêche de rechercher délibérément des genres musicaux moins familiers pour élargir mes horizons. Cela s’applique pour des idées politiques aussi, Il est donc essentiel de souligner que, bien que les algorithmes puissent créer des tendances de consommation d’informations, l’utilisateur conserve toujours la liberté et la responsabilité d’explorer activement des domaines variés.

    En fin de compte, la diversité des informations dépend en grande partie de l’initiative et de la curiosité individuelles. Les algorithmes peuvent être des guides utiles, mais la richesse de nos découvertes en ligne repose également sur notre volonté d’explorer au-delà des recommandations automatisées.

    • Loraine Molliet dit :

      Bonjour Rayan,
      Merci pour ton commentaire intéressant. Il est vrai que cela tient aussi de la responsabilité des usager·ère·s des réseaux sociaux et des plateformes telles que Netflix ou Spotify que de faire des recherches pour trouver des résultats qui sortent de leurs habitudes.
      Le danger toutefois, à mon avis, réside lorsque les personnes ne sont pas enclines à aller chercher des avis ou du contenu différent. Cela augmente l’effet de résonance des théories du complot d’une part, mais aussi présente des dangers pour les utilisateur·trice·s les plus jeunes, comme en discutent ces deux articles https://www.bbc.com/news/technology-67443705 et https://www.bbc.co.uk/news/technology-59038506. Le problème étant que les algorithmes poussent ce qui accapare l’attention plus encore que ce que préférerait l’utilisateur·trice.
      Tout ceci rend d’autant plus important la sensibilisation des publics au fonctionnement de ces algorithmes et de trouver comment les encourager à aller voir au delà de ce qui leur est recommandé.

  3. Tidjian Scalzillo dit :

    Merci pour cet article,
    Je pense que malgrés les algorithmes de recommandations, on peut soutenir que la sérendipité est conservée (bien que très probablement amoindrite.)
    Dans le contexte d’une bibliothèque, on utilise fréquemment le terme sérendipité pour décrire la manière dont on trouve des documents qui nous intéressent en se déplaçant simplement dans les rayons. Ces trouvailles peuvent paraître purement dues à la chance mais toujours est-il que les documents sont préalablement organisés pour se trouver à côté d’ouvrages similaires et que la signalétique nous aide à nous orienter. Cet heureux hasard n’est donc pas dans la disposition de l’information mais plutôt dans la manière dont l’usager interagi avec elle. Si on applique cette même logique au catalogue Netflix par exemple, cette observation me paraît comparable: Les algorithmes organisent l’information mais ne contrôlent pas le comportement de l’usager.

    • Loraine Molliet dit :

      Bonjour Tidjian,
      Et merci pour ton commentaire intéressant! La comparaison que tu fais entre la sérendipité en bibliothèque et le catalogue de Netflix est tout à fait pertinente. Toutefois, ne penses-tu pas que le problème réside dans le fait que les algorithmes ne font pas que d’organiser le contenu, mais au contraire le “poussent” vers les usagers? Si l’on renverse la comparaison, et qu’on la développe à l’extrême, c’est comme si les bibliothécaires mettaient des livres entre les mains des personnes en fonction de leurs intérêts répertoriés. On court-circuiterait ainsi la flânerie entre les rayons.

  4. Monika Sirisin dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce billet fort intéressant sur les algorithmes de recommandations et de la sérendipité. Étant donnée que ce sujet constitue un sujet d’actualité en bibliothèque, je trouve qu’il est pertinent de poser le sujet sur la table.

    Pour ma part, je dois avouer que je suis plutôt mitigée sur les algorithmes de recommandation du côté du traitement des informations personnelles de l’usager. Il y a en effet un côté dérangeant à être ficher de la sorte selon nos intérêts. De plus, elles sont liées à des informations que les utilisateurs sont obligées de transmettre pour accéder à du contenu et ne proviennent pas d’un consentement purement volontaire transmit par ceux-ci. D’un autre côté, les recommandations sur un sujet peuvent nous être utile pour comblé le besoin d’information sur celui-ci, et en ce sens, je trouve son utilisation plus qu’utile. Il faut aussi dire que l’abondance de contenu touchant à nos intérêts est rassurant et addictif. Mais il faut aussi mentionner qu’aucun d’eux n’arrivent encore à générer du contenu qui nous intéresse à 100%. Très souvent, l’intérêt s’exprime sur une partie des recommandations mais par sur l’ensemble. Les algorithmes ne savent pas encore, à mon sens, cibler entièrement nos intérêts et nos besoins. Le côté pervers de ça est, comme vous l’avez mentionné, l’effet echo chamber qui amplifie la création de fake news et amenuise notre esprit critique. D’autre part, il me paraît essentiel de garder la serendipité car elle permet de nous extraire de cette echo chamber et de développer notre créativité ou d’explorer de nouvelles idées, bien qu’il faut reconnaître qu’elle peut avoir un effet barbant en nous baladant. Il me semble donc pertinent d’allier les deux pour faciliter nos recherches (algorithme de recommandation) tout en gardant notre esprit ouvert à d’autres suggestions ou idées (sérendipité). Au final, il est important de ne pas se faire enfermer dans une bulle informationnelle mais de garder une vision globale des éléments qui nous entoure afin de former notre esprit critique et de garder un esprit ouvert.

    • Giordana Kigouk dit :

      Bonjour Monika,
      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Tu soulèves un point particulièrement pertinent lorsque tu évoques tes préoccupations et ton ambivalence liées à la collecte de données personnelles par les algorithmes. Ton observation sur la difficulté des algorithmes à cibler entièrement nos intérêts est fondée, les algorithmes basés sur l’IA n’en étant qu’à leurs débuts. Nous sommes d’accord avec toi, trouver un équilibre entre les algorithmes et la sérendipité semble crucial pour éviter de se confiner dans une bulle informationnelle. Merci encore pour tes réflexions!

  5. Etienne Heintz dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre article très intéressant !

    Me concernant cela fait écho à l’écoute de la musique via les plateformes d’écoute. En effet, si l’on reste cantonné à ce que propose Spotify, pour ne pas le nommer, par rapport à nos goûts, le phénomène d'”echo chambers” est vite arrivé. Cependant, j’ai quand même l’impression, dans ce cas précis, que les recommandations d’artistes similaires participent à la sérendipité dans un sens. Il y’a un certain nombre d’artistes que j’ai pu découvrir par ce biais, et qui m’ont eux-même amenés à écouter d’autres artistes, que je n’aurais jamais écoutés autrement. Tout ça pour dire que la sérendipité, à mon humble avis, n’est pas morte, même si elle est, dans le cas de Spotify, un peu guidée par les algorithmes.

    • Giordana Kigouk dit :

      Bonjour Etienne,
      Et merci beaucoup pour ton commentaire qui soulève un point très intéressant : les algorithmes apportent beaucoup de positif, et permettent en effet d’être agréablement surpris et de découvrir des choses pertinentes auxquelles nous n’aurions pas pensé autrement – mais est ce que cela ne soulève pas alors la question suivante : est-ce vraiment de la sérendipité, si c’est un contenu « poussé » par un algorithme ? Est-ce que c’est vraiment une découverte fortuite, ou plutôt « planifiée » par un calcul informatique ? Nous n’avons pas les réponses mais ton commentaire soulève des questions passionnantes !

  6. Christelle Muller dit :

    Bonjour l’équipe !

    Je vois tout à fait les problèmes liés aux « echo chambers » et à l’utilisation des algorithmes.
    Malgré tout – si je prends en exemple mon compte instagram – je suis également satisfaite de ce qu’il me propose.
    Pour moi c’est un espace où je peux autant m’informer sur des sujets qui m’intéressent, que me détendre.
    Depuis longtemps maintenant mon instagram me propose des contenus queer friendly, de gauche, écolos. Je pense que mon mental en prendrait un coup si je devais à chaque fois faire le tri avec des publications qui pourraient me faire du mal – alors que les médias mainstream sont déjà là pour ça, puisqu’ils sont généralistes.

    Évidemment le tout est de toujours fact-checker ce qu’on lit, pour ne pas tomber dans le piège des fake news, qui finalement touche toutes les couches de l’information parfois (y a qu’à voir avec le covid).

    Merci pour ce billet très intéressant !

    • Zoé Dutoit dit :

      Bonjour Christelle,

      Merci beaucoup pour ton apport !

      Il est vrai que dans le cas de réseaux sociaux utilisés à but “récréatif”, les algorithmes de recommandation sont bénéfiques pour les raisons que tu as mentionnées. Le problème de ces derniers survient réellement lors de recherches dans le cadre scientifique ou dès qu’une personne conduit des recherches un peu plus poussées que dans le simple but de divertissement.
      Bien évidemment, si nous voulons faire des recherches un peu sérieuses, il vaut mieux ne pas les faire sur les réseaux sociaux…

      Au plaisir,

      Zoé Dutoit

  7. seeun kim dit :

    Merci beaucoup pour ce blog archi-intéressant!
    L’algorithme a apporté une énorme efficacité dans notre quotidien mais en même temps, il nous enferme dans des paternes comportementaux et mentaux en reproduisant automatiquement nos champs d’intérêt. La vraie sérendipité se trouve souvent dans des découvertes accidentelles en dehors de nos champs de pensée habituelle. Est-ce que les algorithmes, même s’ils devenaient de plus en plus sophistiqués, peuvent-ils contribuer à nous aider à la découverte de toutes les potentialités de la recherche en faisant abstraction de nos angles morts?
    Pour montrer un exemple de réactions humaines face à l’intelligence artificielle, je vous invite à lire un article qui traite du tournoi de Go entre le champion mondial Sedol Lee et AlphaGo, un programme d’IA. Quand Sedol Lee a gagné contre AlphaGo, sa seule victoire sur cinq matchs, le public en a eu des frissons liés à un sentiment d’euphorie à l’espoir que l’intelligence humaine n’est pas réductible à des algorithmes ou les sciences mathématiques, qu’elle a quelque chose de plus que les machines, quelque chose qui repose sur une certaine liberté de pensée et d’inspiration.
    Qu’est-ce qu’AlphaGo vs Lee Sedol nous dit sur l’interaction entre les humains et les systèmes intelligents ? | par Louis Coppey | Terre de Point Nine | Douleur moyenne (medium.com)

    • Zoé Dutoit dit :

      Bonjour Seeun Kim,

      Merci beaucoup pour votre commentaire et pour la recommandation d’article, qui est très intéressant.
      En effet, ce soulagement et cette exaltation qu’a ressenti le public face à la victoire de l’humain contre la machine montre à quel point nous avons peur d’être remplacés ; mais cela montre aussi à quel point l’intelligence humaine et émotionnelle sont irremplaçables.

      Au plaisir,

      Zoé Dutoit

  8. Federico Montezuma dit :

    Bonjour à vous !

    Merci pour votre billet, dont j’ai beaucoup aimé le ton enlevé et non dénué d’humour, derrière lequel on devine des informations solides et des recherches approfondies (vos sources sont là pour en témoigner).

    Ce sujet est proprement fascinant. Votre article m’a d’abord permis de comprendre ce qu’est la sérendipité, mystérieux vocable aux consonances étranges et qui m’était quasiment inconnu jusque-là. Ensuite, vous posez une question pertinente, qui relie si je vous entends bien deux termes antagonistes recouvrant deux réalités distinctes (la sérendipité face aux algorithmes de recommandation) : « pourquoi vouloir conserver les impondérables liés à la sérendipité » en dépit du « hasard contrôlé des algorithmes » ? On ne saurait en effet concevoir une opposition plus marquée que celle confrontant la première aux seconds ; on serait même enclin à penser que la sérendipité se trouve franchement menacée par les algorithmes de recommandation.

    Et pourtant, il apparaît essentiel de préserver la sérendipité. Les arguments que vous déployez en ce sens sont probants : la sérendipité est à l’origine de nombreuses découvertes, tout en stimulant notre créativité ; il se dégage d’elle quelque chose d’humain, de vivant, à l’inverse des algorithmes froidement mécaniques, impersonnels et dépourvus de sensibilité ; enfin, les algorithmes de recommandation peuvent amplifier l’effet de « chambre d’écho médiatique », conduisant ainsi à paralyser notre esprit critique.

    Ne laissons donc pas les machines contrôler ce qui par définition ne devrait pas l’être : le hasard, lequel confère à la vie son imprévisibilité, par extension son charme et sa beauté.

    Vous terminez en écrivant que vos « recherches [v]ous ont amené plus de questions que de réponses. » À quoi je répondrai : c’est le propre d’une réflexion alerte que de suggérer davantage d’interrogations que de réponses.

    Bien à vous,

    Federico

    • Zoé Dutoit dit :

      Bonjour Federico,

      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Nous sommes heureuses de savoir que notre billet de blog t’ait plu et apporté de nouvelles connaissances. En effet, tu as bien relevé tout l’enjeu et les défis que la sérendipité rencontre actuellement.

      Au plaisir,

      Zoé

  1. 13/12/2023

    […] En consultant les réseaux sociaux, vous êtes-vous déjà demandé si une image, illustrant un évènement, était vraie? Dans cet épisode de Info/Intox, la rédaction des Observateurs de France24 donne ses conseils pour vérifier facilement et gratuitement l'origine d'une photo directement sur votre smartphone. La plupart des outils de vérification des images sur internet fonctionne sur ordinateur. Mais lorsqu'il s'agit de photos, il est tout à fait possible d'utiliser simplement un téléphone pour retrouver où celle-ci a déjà été publiée sur internet, et donc également connaître son contexte. Quatre réflexes simples pour vérifier les images sur les Gilets jaunes. Gilets jaunes: démêler le vrai du faux de trois jours de mobilisation. 1 / Une fausse photo (elle date du 1er février 2014). Denis Sestier : Apprendre à débattre avec Twitter. Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découv…. […]

  2. 04/01/2024

    […] Quelles sont les bonnes pratiques à adopter ? Sharenting. Images, sons et matériaux en collections – Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques. GTnum CREM ELN portfolio Dec2023. Kitatelier sid2024 college lycee. Kitatelier sid2024 primaire. ChatGPT et les autres : recherche d’information et intelligence artificielle | URFIST de Paris. Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découv…. […]

  3. 04/01/2024

    […] ? ChatGPT et les autres : recherche d’information et intelligence artificielle | URFIST de Paris. Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découv…. Sérendipi-quoi ? Nous n’avons probablement pas besoin de vous rappeler à quel point les […]

  4. 17/01/2024

    […] Dix mois ont passé, Max Wilbert est toujours là. A 1 500 mètres d’altitude, entre Nevada et Oregon, Thacker Pass est l’un de ces endroits où l’homme se sent tout petit. « En partant d’ici, vous pourriez marcher vers le nord sur plus de 50 kilomètres sans voir une route pavée, décrit l’environnementaliste. Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découv…. […]

  5. 22/01/2024

    […] Algorithmes et Intelligence Artificielle : quelles conséquences sur la sérendipité de nos découv…. Sérendipi-quoi ? Nous n’avons probablement pas besoin de vous rappeler à quel point les algorithmes et l’Intelligence Artificielle ont grandement changé notre façon de consommer l’information. Penchons-nous plutôt sur l’impact que ces derniers ont sur la sérendipité. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search